Expositions 2019

Joël DUCORROY, "plaquetitien"

Du 1er mars au 12 mai 2019

   En 1980, il rencontre Serge Gainsbourg et se livre avec lui à une brève facétie verbale : “et cætera c’est adéquat”. Il adopte le support de la plaque minéralogique dès 1981, c’est rapide à réaliser, et l’artiste n’a rien à faire. Joël Ducorroy retourne à New York en 1987 pour une nouvelle exposition personnelle et rencontre à cette occasion, Andy Warhol. Joël Ducorroy adopte la dénomination d’artiste plaquetitien. Il réalise plusieurs œuvres dans un esprit proche des artistes Pop. Les plaques désignent chacune une partie de l’objet global qui mises bout à bout, recomposent la forme de cet objet. En substituant objectivement le mot à la chose, en donnant forme aux objets par ses mots-plaques. Il crée un jeu stimulant, subtil et ironique, à travers lequel le visiteur se trouve confronté à faire fonctionner son imaginaire, sa madeleine de Proust… L’artiste offre au regardeur de créer sa propre représentation. Les mots qu’il utilise, sont la peinture de ce peintre sans pinceau. Il applique ses idées, dans différents domaines comme l’architecture, et la photographie. Plusieurs expositions personnelles lui ont été consacrées en France et à l’étranger.

En savoir plus sur Joël Ducorroy

Portrait Joël Ducorroy expo 2019 Abbaye de Trizay

RENCONTRE DE GRAVEURS & SCULPTEURS D'IMAGES

Du 21 mai au 14 juillet

Exposition de 8  graveurs français : Jean-Claude Daroux, Benoit Hapiot, Olaf Idalie, Xavier Jallais, Michèle et Rémy Joffrion, Cédric Neau, Matthieu Perrament.

Jean-Claude Daroux

Burins et gouges se racontent, se livrent, nous interrogent. La main prolonge la pensée et laisse  entrevoir des questionnements sur la nature humaine.  » Les amours, les peines, les joies, la lutte, la vie. »

En savoir plus sur Jean-Claude Daroux

Jean-Claude Daroux expo graveurs Abbaye de Trizay 2019

Cédric Neau

Ma démarche s’inscrit dans des questionnements liés à l’environnement, la pollution, la condition humaine. Par le biais du dessin et de la gravure, je conçois des images en noir et blanc, des compositions imaginaires où des fragments emprunts de notre réalité peuvent côtoyer des figures fantasmagoriques, où des sujets sensibles et universels, des thèmes fondamentaux sont traités avec humour ou gravité. Dans ma pratique, le noir et blanc s’impose comme une évidence, concordant avec le macabre ou le paysage habité autant qu’avec la représentation d’un rêve ou d’un cauchemar. Il demeure indissociable de la dimension fantastique. Il me permet d’interroger notre réalité si colorée, de la remettre en question en nous invitant à sortir de celle-ci, nous conduisant ainsi vers un monde irréel, onirique. Notre actualité et l’Histoire de l’Art sont les vecteurs qui nourrissent ma réflexion et guident mes choix esthétiques.

Cédric Neau expo graveurs Abbaye de Trizay 2019

Matthieu Perramant

Son travail, tout d’abord tourné vers l’abstraction, s’est dirigé peu à peu vers la figuration.

Le processus de création passe par le travail photographique, en représentant des hommes et des femmes par la figuration puis les lieux par une abstraction figurative.

Il souhaite présenter des histoires, des témoignages des personnes ayant traversés des lieux désormais vides mais gardant la trace et le souvenir de leurs passages.

Par ces images, il évoque le sentiment d’empêchement et de doute opposé à la volonté d’extraction.

Il rappelle  des voyages, des paysages et des mythes ayant pour dénominateur commun le sentiment de lutte mêlée d’espoir.

 

En savoir plus sur Matthieu Perramant

Matthieu Perramant expo graveurs Abbaye de Trizay 2019

Michèle Joffrion

Avec la manière noire ou mezzotinto, je plonge dans la nuit à la recherche d’une réponse à mon questionnement.

Après mes tribulations dans les demi-teintes, longues, incertaines, nécessaires, j’accède enfin à la lumière révélatrice.

Dans les dégradés subtils frémissent les éléments, l’air, l’eau, les vibrations de l’âme et ses incertitudes.

 

En savoir plus sur Michèle et Rémy Joffrion

Michèle Joffrion expo graveurs Abbaye de Trizay 2019

Rémy Joffrion

Le marais est riche de « petits riens ». Les vaches marquent leur territoire de bourre sur les clôtures, les agriculteurs ferment leurs barrières de ficelles qui s’effilochent avec le temps. Les pêcheurs jettent leurs nasses en quête de pêche miraculeuse, mais peut-être captent-elles aussi les étoiles dans le miroir de l’onde. La gravure au burin se prête bien à ces visions épurées. Ainsi chemine obstinément une tentative d’expression où les images fugitives volées au monde vivant ou minéral trouvent leur représentation aussi dans la diversité des eaux fortes et pointe sèche.

Rémy Joffrion (REM) expo graveurs Abbaye de Trizay 2019

Benoît Hapiot

Diplômé des beaux-arts en juin 1996

De 1996 à 2000 il travaille dans le domaine de la décoration et de la mise en espace pour France 2 télévision entre autre.

Artiste peintre, graveur, sculpteur, il enseigne à partir de 2000 les arts plastiques, l’histoire de l’art et de la photographie à Rochefort

En 2006 se consacrant à sa propre création, il ouvre son atelier aux publics à Crazannes.

Accompagnant des projets artistiques pour les musées et l’éducation nationale, intervenant dans les écoles d’art et beaux arts sur toute la France, il continue à développer un travail riche en matière et en techniques abordées.

Depuis plusieurs années il travaille sur la notion de passage, celui du temps, d’un chemin à prendre, d’une vie et de petites morts avant la grande.

Xavier Jallais

Au départ il y a un corps, le sien, celui de l’auteur, celui d’un homme d’âge moyen. Ce corps pourrait être celui de n’importe qui. Lorsque Xavier Jallais se représente dans ses oeuvres, il interprête un rôle, un personnage comme un comédien sur scène. Les objets qu’il utilise deviennent des attributs qui éclairent la fiction interne de l’oeuvre et précisent l’histoire.

Il présente dans le cadre de cette exposition deux séries d’eaux fortes. La première “Exode” présente des personnages en fuite, la seconde “Mythologie” s’inspire des histoires que l’on peut trouver dans l’Illiade ou l’Odysée par exemple.

Xavier JALLAIS est peintre et graveur, il vit et travaille à Chauvigny dans la vienne.

En savoir plus sur Xavier Jallais

Xavier Jallais expo graveurs Abbaye de Trizay 2019

Olaf Idalie

La gravure est pour moi une vocation très ancienne.

Au départ, j’ai dessiné à la plume et j’ai représenté des personnages qui n’ont pas véritablement de volume, des espèces de chimères.

Très vite, j’ai compris que le burin, par la pureté inimitable du trait qu’il creuse dans le métal, pouvait mieux encore servir mon imaginaire.

 

En savoir plus sur Olaf Idalie

Olaf Idalie expo graveurs Abbaye de Trizay 2019

Patricia Meffre & Pascal Coudret

Du 18 juillet au 15 septembre

Patricia Meffre

Patricia Meffre est née à Nancy en 1954. Elle fait ses études à Nancy.

Fonctionnaire de l’établissement psychiatrique de Laxou à Nancy ( pendant 8 ans).

1980 déménagement en Provence où elle décide de se consacrer à la création.

Missionnée par le CNRS pour la réalisation de planches de dessins archéologiques.

Nombreux stages d’archéologie.

Formation autodidacte à l’histoire de l’art

Patricia Meffre céramiste d'art expo abbaye de Trizay 18 07 au 15 09 2019

Pascal Coudret

Depuis 1975, une création basée sur la typographie, intitulée « les territoires de l’écrit ». Dans cette démarche, c’est le sens qui amène au geste. Peintures, mobiles, dessins, installations, gravures.

Depuis les années 1990, en parallèle aux « territoires de l’écrit » je réalise des séries de dessins intitulés « images de songes ». Dans ce cas, c’est le geste qui amène la forme, qui elle-même donne sens

 

Les territoires de l’écrit

…A l’origine il y a la lettre en plomb.

“ L’œil” de la lettre et le dos de cette lettre que l’on nomme “talon”.

La lettre dit et le talon se tait. II y a le verbe et le silence.

Le retournement de la lettre, donne à voir une forme géométrique  picturale, en même temps qu’il conserve comme par effet de miroir, la permanence du discours.

“ L’œil” se fait discret et le “talon” se montre.

Une transcription picturale d’un langage illisible, balbutiant, bégayant et répétitif.

Un autre point de départ de ma création se situe là. Sur la problématique de la répétition.

Mais une répétition qui soit toujours en évolution, en transformation.

 

Images de songes

Le choix d’un tracé dans l’absence de projet est une nécessité.

L’outil  se promène de façon très libre, sans lever ce dernier de la feuille.

Chaque dessin est tentative et interrogation. Le dessin se construit de manière autonome.

Simultanément vient un travail de décryptage, puis un travail de reprise.

A cette étape du dessin, plusieurs champs de récits se font jour.

Le geste amène la forme, qui elle-même donne sens.

Pascal Coudret artiste plasticien expo abbaye de Trizay 18 07 au 15 09 2019

Dominique Moreau, plasticienne & Thierry Selem, peintre

Du 19 septembre au 11 novembre

Dominique Moreau

 » Je vis et travaille à Montreuil, près de Paris.

Je travaille à la fois en peinture et volume sur les mêmes sujets.

Après avoir longtemps exprimé l’idée de la poussée, de la force de vie, (pratiques agricoles, horticoles, maraîchères), par les racines, branches, graines, tubercules, c’est maintenant l’organique qui soutient ma recherche plastique.

Avec la peau, la chair, la blessure et la réparation, les organes et leur éventuelle transformation, les mutations, les excroissances, j’aborde aussi la fragilité et l’éphémère.

Je développe depuis peu un travail sur le cerveau, la matière grise, la mémoire, le souvenir.  » Dominique Moreau.

Dominique Moreau expo centre d'art contemporain 19 sept au 11 nov 2019 abbaye de Trizay

Thierry Selem

 » Le travail de l’artiste se situe entre le street art, la B.D. et le réalisme des photographies. Particulièrement attiré et inspiré par le potentiel graphique des rues et de bâtiments.

J’utilise la force de l’obscurité avec des thématiques urbaines à l’atmosphère sombre. Sans verser dans le dramatique, ces tableaux sont suffisamment expressifs pour s’ancrer dans notre imaginaire.

Les situations ont un air de « déjà-vu », déjà connu et en même temps une nouveauté que lui confère la noirceur du regard et la focale mise sur un détail anodin, une mimique, une ambiance.

Je cherche à faire en peinture un état des lieux en noir et blanc de notre époque comme pourrait le faire une sorte de reporter pictural.

Aujourd’hui je me suis rapproché de ce qui m’a constitué peintre à l’origine, c’est à dire le plaisir tout simple en peinture de faire un état des lieux en noir et blanc de notre époque, un photojournalisme qui m’est propre mais sans rapport avec l’actualité comme suspendu dans le temps. » Thierry Selem.

Thierry Sellem expo centre d'art contemporain 19 sept au 11 nov 2019 abbaye de Trizay

Avec le concours financier du Conseil Régional de la Nouvelle-Aquitaine et du Département de la Charente-Maritime.